Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
Lire la suite ...
Hamed, Sale fils de Français
JPEG - 6.2 Mo

Ce livre édité par les "Editions du Menhir" il est disponible depuis le début de février 2014. La 4ème de couverture

Ce livre, j’ai voulu l’écrire à partir d’une série de rencontres qui m’ont perturbé.

Témoin de la Guerre d’Algérie, je me suis déjà beaucoup exprimé publiquement pour dire l’horreur que (...)

Lire la suite ...
Appel des 171 : Nous demandons la vérité sur l’assassinat de Maurice Audin

Le 11 juin 1957, Maurice Audin, jeune professeur de mathématiques à Alger et membre du parti communiste algérien, est arrêté par les parachutistes commandés par le général Massu chargé par les autorités françaises du maintien de l’ordre dans la ville. Emprisonné et torturé, il n’est jamais réapparu. Quand, (...)

Ce site personnel doit être aussi le vôtre, il est conçu pour servir de références, de documentations...
Votre avis m’intéresse. N’hésitez donc pas à m’interpeller.

Né en 1938 en Sologne (Loiret) - Ingénieur Retraité
Appelé, pendant la Guerre d’Algérie
Affecté de juin 1961 à mars 1962 à la Villa Susini à Alger
Témoin de la Torture - Auteur de 2 livres témoignages sur cette période.
Auteur d’un livre fiction "Hamed, Sale fils de Français", parti d’un fait concret, dramatique.
Militant des droits de l’homme, antiraciste et anticolonialiste.

Mes témoignages / mon combat / mes actions / mes espoirs


- Un témoignage sur la torture pendant la Guerre d’Algérie

- Apporter ma contribution au travail de mémoire nécessaire sur une triste période de notre histoire et ses conséquences encore aujourd’hui.

- Participer au débat d’idées permettant le développement des actions nécessaires pour condamner la pratique de la torture, le colonialisme, les crimes contre l’humanité...

- Dénoncer le révisionnisme colonial aujourd’hui autour de la Guerre d’Algérie, la résurgence des idées selon lesquelles le colonialisme aurait pu être positif et de l’activisme de l’OAS soutenu par la connivence d’une partie de la droite à ces thèses extrémistes et xénophobes. en particulier la mise en cause des valeurs républicaines de la France à l’occasion des "honneurs" rendus aux activistes de l’OAS.
- Fédérer les actions pouvant aller dans ce sens.

La Villa SUSINI, un lieu Symbolique, d’un lourd passé

C’est dans cette Villa, à Alger, que je me suis retrouvé à effectuer la fin de mon service militaire, pendant la Guerre d’Algérie, de juin 1961 à mars 1962.
Ce lieu fut utilisé, pendant les 8 années de cette guerre, sans interruption, comme centre de torture.

La Villa Susini à Alger

Ces photos ont été prises au même endroit... dans le parc de la Villa Susini d’Alger, la première en 1961, la seconde en décembre 2001. Entre ces 40 années d’écart, l’homme a changé, les arbres ont poussé, mais la vue sur le port d’Alger est toujours aussi belle.

Des Espoirs


- Un traité d’amitié entre les peuples Algérien et Français sur des bases claires et réciproques du respect des droits de l’homme comme fil rouge.
- Une place retrouvée pour que la France puisse de nouveau revendiquer de porter le drapeau du pays des droits de l’homme.
















Article mis en ligne le 8 novembre 2015
Rubrique : L’Algérie, le colonialisme, les perspectives politiques

Un article de Hacen Ouali pau dans le Journal El Watan du 8 Novembre 2015 et un extrait de Madjid Makedhi

Louisa Hanoune , Lakhdar Bouregaâ ,Zohra Drif-Bitat , Khalida Toumi

C’est une démarche inédite pour une date symbole. Dix-neuf personnalités nationales d’horizons divers, à leur tête des chefs historiques, ont fait le choix de ne pas célébrer le 1er Novembre dans la joie, mais de tirer la sonnette (...)

Article mis en ligne le 8 novembre 2015
dernière modification le 15 novembre 2015
Rubrique : Editos

Après le Maire de Béziers, Robert Ménard, c’est le Maire de Beaucaire, Julien Sanchez, qui se distingue. Tous deux, portant "fièrement" les couleurs du Front National, envoient donc un message très éclairant sur leur nostalgie du racisme, du colonialisme, de l’OAS

A Béziers, Robert Ménard ne rate (...)

Article mis en ligne le 15 novembre 2015
dernière modification le 20 novembre 2015
Rubrique : Réactions politiques

Ces attentats du 13 novembre à Paris sont ignobles. Visant prioritairement des jeunes, sans aucune distinction, ces massacres ne peuvent que générer une colère bien justifiée C’est avec beaucoup de compassion que l’on peut adresser de sincères condoléances aux familles des victimes et leur apporter le (...)

Article mis en ligne le 20 novembre 2015
dernière modification le 8 décembre 2015
Rubrique : Réactions politiques

Ces attentats du 13 novembre 2015 sont évidemment une catastrophe, un drame terrible qui touche tout le monde, directement ou simplement parce que chacun pense qu’il aurait pu en être la victime, ou pourra peut-être l’être, dans un avenir indéterminé. La suite avec l’épisode du 18 novembre à Saint (...)

Article mis en ligne le 8 décembre 2015
dernière modification le 27 décembre 2015
Rubrique : Réactions politiques

Faut-il en être surpris ?

Certainement pas !!!

Combien de Français ne font plus la différence au quotidien dans leurs difficultés de vivre entre aujourd’hui et il y a 5/6 ans. Ils ont même l’impression que cela s’est aggravé pour eux. Ils avaient pourtant voté pour "Le changement, c’est maintenant". (...)

Lettre ouverte à François Hollande
Article mis en ligne le 27 décembre 2015
dernière modification le 9 janvier 2016
Rubrique : Editos

Objet : "Le changement, c’est Maintenant ???"

Monsieur le Président,

Je viens de passer un bien triste Noël

En 2012, croyant sans doute naïvement à votre slogan "Le Changement, c’est maintenant", je vous ai fait confiance et j’ai donc voté pour que vous puissiez mettre en œuvre une autre politique (...)

Article mis en ligne le 9 janvier 2016
dernière modification le 15 mars 2016
Rubrique : Réactions politiques

Il y a 30 ans, en novembre 1985, j’étais délégué au 42ème congrès de la CGT à Lille, dans la délégation UGICT (Union Générale des Cadres et Techniciens de la CGT).

A cette occasion,Georges Wolinski réalisait un dessin spécialement dédié pour cet évènement.Chaque délégué eut droit à une sérigraphie numérotée (...)

Communiqué du MRAP du 13 janvier 2016
Article mis en ligne le 14 janvier 2016
Rubrique : Réactions politiques

La Liberté d’expression n’est pas un délit, la violation du droit international en est un !

Samedi 9 janvier, lors de la cérémonie d’hommage aux victimes de l’Hyper Cacher organisée par le CRIF, Manuel Valls a délibérément assimilé la critique de l’État d’Israël à l’antisémitisme.

Dans une démocratie, (...)

Article de l’Expression du 18 janvier 2016
Article mis en ligne le 18 janvier 2016
Rubrique : Sarkozy et le colonialisme

Sarkozy : un manipulateur arrogant !

C’est le compte rendu de ce journal algérien à la suite de la conférence de Nicolas de Sarkozy intervenant à Abu Dhabi le 13 janvier 2016 en tant qu’ "expert"

Le président du parti Les Républicains qui ne représente plus que lui-même, a été sèchement remis à sa place.

L’ancien chef de l’Etat français a saisi l’occasion que lui a offerte le centre des Emirats pour les études stratégiques et la recherche, dont il était l’invité le 13 janvier, pour se défouler, (...)

Article mis en ligne le 19 janvier 2016
Rubrique : Colonialisme

Le franc CFA ou les derniers vestiges du pacte colonial », Par Babacar Diop JDS

Le 26 décembre 2015, le franc CFA (franc des colonies françaises d’Afrique) a fêté son 70e anniversaire. C’est une occasion de poser un débat qu’occulte la classe politique africaine. Le sujet semble tabou. Aucun parti politique, aucun leader ne s’est prononcé sur la question. Seuls quelques intellectuels ont pu parler de cette problématique qui, depuis les indépendances, maintient nos économies dans une dépendance sous plusieurs formes. Nous saluons ici leur courage et leur patriotisme. Il faut mobiliser une opinion publique capable d’imposer à nos leaders politiques de prendre position clairement sur la question de la monnaie. Les pays de la zone franc doivent sortir de la situation arriérée dans laquelle ils sont plongés.

Une souveraineté confisquée

Le franc CFA est un des symboles les plus marquants de la survivance du colonialisme dans les territoires de l’ancienne métropole. L’esprit du colonialisme est toujours présent, il se présente simplement sous de nouveaux habits. La métropole nous a accordé un semblant (...)

Le ministre des Moudjahidine en France
Article mis en ligne le 27 janvier 2016
Rubrique : Guerre d’Algérie

Un article du Journal El Watan du 27 janvier 2016 de Madjid Makedh

La visite du ministre des Moudjahidine en France, la première du genre depuis l’indépendance, au-delà de sa charge symbolique, promet des avancées sur les questions liées à la mémoire. Trois principaux dossiers sont à l’ordre du jour : les archives, les disparus algériens durant la guerre de Libération nationale et les indemnisations des victimes des essais nucléaires effectués dans le Sahara algérien.

Une première virée et de nombreuses attentes. La visite qu’effectue en France le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, revêt un caractère important. Intervenant un demi-siècle après la libération de l’Algérie du joug colonial français, ce déplacement constitue, de l’avis même des historiens, une (...)

Article du Matin d’Algérie du 18-02-2016 de Hebib Khalil
Article mis en ligne le 18 février 2016
Rubrique : Regard sur l’Algérie Aujourd’hui


Le clan d’Oujda avait conclu un accord secret dit "B2 Namous" avec De Gaulle

L’Algérie a perdu son indépendance, le jour où elle l’avait obtenue !

Dans une révélation du magazine Nouvel Observateur d’octobre 1997 (*), qui est passée presque inaperçue en Algérie, et à laquelle on n’a accordé que peu d’intérêt, on apprend certains détails de notre sombre histoire d’après guerre. En (...)

Article du Temps d’Algérie
Article mis en ligne le 29 février 2016
Rubrique : L’OAS

Un attentat à la voiture piégée de l’OAS a fait 87 morts et plus de 500 blessés

Il y a cinquante-quatre ans jour pour jour, la tristement célèbre organisation terroriste OAS avait perpétré un attentat à la voiture piégée au niveau du quartier populaire de Mdina Djdida à Oran.

C’était le 28 février 1962, coïncidant avec le 23e jour de Ramadhan. Les auteurs de l’attentat avaient bien (...)

Article de Liberté (15 mars 2016) : Interview de Benjamin Stora
Article mis en ligne le 15 mars 2016
Rubrique : L’Algérie, le colonialisme, les perspectives politiques

Pour ce spécialiste reconnu de l’histoire coloniale, les demandes de repentance sont improductives. Selon lui, l’État algérien doit entrer en mouvement en réclamant à la France des réponses sur des faits précis et des compensations pour les victimes de toutes les exactions.

Liberté : Les États algérien (...)

Article mis en ligne le 15 mars 2016
dernière modification le 20 mars 2016
Rubrique : Editos

"Le changement, c’est maintenant", quelle escroquerie !!

Combien de Français(e)s se sentent trahi(e)s ? En 2012, en votant au second tour de l’élection présidentielle, l’espoir de voir le sarkozisme (cette droite décomplexée) rangé dans l’armoire aux accessoires, était grand, compte tenu de ce slogan. (...)

Article mis en ligne le 20 mars 2016
dernière modification le 21 mars 2016
Rubrique : Editos

Après avoir passé 9 mois à Alger de fin juin 1961 au 13 mars 1962 à la Villa Susini comme appelé, c’est dans le train de rapatriement, entre Marseille et Sissonne, que nous avons entendu le message diffusé par un poste à transistor nous annonçant qu’un cessez-le-feu venait d’être signé et entrerait en (...)

Article mis en ligne le 10 mai 2016
Rubrique : Témoignages divers

Il y a soixante ans, un maire creusois révoqué et condamné pour ses idées anti-colonialistes

Un article du "LePopulaire.fr" du 9 Mai 2016

René Romanet, maire de La Villedieu, a été révoqué en 1956 pour avoir soutenu des rappelés du contingent qui refusaient de partir en Algérie. Son fils, Henri Romanet, se souvient, à l’occasion de l’hommage organisé, soixante après les "évènements de La Villedieu" par l’association Mémoire à vif.

« Il (...)

Article mis en ligne le 11 mai 2016
Rubrique : Réactions politiques

Trappiste depuis 1967, presque 50 ans, militant localement et nationalement, je dois dire que décrire Trappes comme le Molenbeek français me fait réagir pour plusieurs raisons. Rarement on évoque Nicolas Anelka, Djamel Debouze, Sophie Broustal, Omar Sy des jeunes qui ont grandi à Trappes et se fait (...)

Article mis en ligne le 11 mai 2016
Rubrique : 3050.Saint-Hippolylyte-du Fort (30)

Article fantôme pour présentation

Article mis en ligne le 11 mai 2016
Rubrique : 3050.Saint-Hippolylyte-du Fort (30)

Article fantôme pour présentation

Article mis en ligne le 11 mai 2016
Rubrique : Toulon (83)

La stèle de l’empire français, érigée en 1972 à Lagoubran, photographiée en mai 2002)

Le palmier a disparu depuis la photo


19 Mars 1962 : quels enjeux ?

Après avoir passé 9 mois à Alger de fin juin 1961 au 13 mars 1962 à la Villa Susini comme appelé, c’est dans le train de rapatriement, entre Marseille et Sissonne, que nous avons entendu le message diffusé par un poste à transistor nous annonçant qu’un cessez-le-feu venait d’être signé et entrerait en vigueur le lendemain à midi. La joie qui explosa parmi les militaires du contingent qui revenaient ainsi d’Algérie est indescriptible. Il n’y avait donc plus de risque d’être renvoyé pour "pacifier" ce pays, de revivre les atrocités endurées par ce séjour.

Il a fallu 50 ans pour que la loi, enfin, retienne le 19 mars comme date de commémoration de ce conflit. Aucun Président de la République, jusqu’à ce jour n’avait "osé" commémorer (comme c’est la tradition républicaine de se recueillir à la date où fut signé l’acte mettant fin à un conflit) cet évènement. Le geste du Président Hollande, avec ce symbole est donc important, même s’il aurait dû le faire dès 2013, dès le vote de la loi.

Son discours prononcé, Quai Branly à Paris reste ambigu à bien des points. Il ne faut pas s’en étonner : il avait bien signé, comme candidat à la Présidence de la République, le 15 octobre 2011, (quelques heures après Martine Aubry, à l’occasion des primaires socialistes à la présidentielle) la pétition initiée par le "Collectif 17 octobre 1961" demandant au futur chef de l’Etat de reconnaitre et de le condamner ce crime d’Etat commis au nom de la France le 17 octobre 1961 à Paris où des centaines d’Algériens ont été massacrés, noyés, par la police. Une fois élu, il a "oublié" sa signature.

En juin 2014, il a bien diffusé un communiqué remettant en cause la version officielle de l’évasion de Maurice Audin : "en fonction des documents et des témoignages dont nous disposons aujourd’hui qui sont suffisamment nombreux et concordants…prouvent que Maurice Audin ne s’est pas évadé et est mort en détention". Mais l’expression de l’assassinat n’est pas reprise, et les témoignages et documents concordants ne sont pas encore connus, 18 mois plus tard !!!.

Analysons ce discours :
- "Le 6 décembre 2012, j’ai promulgué comme président de la République la loi qui proclame le 19 mars ’journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc’ ". Certes, le vote des députés a été respecté, mais comme il a tenu à le rappeler il est maintenu 3 dates : 19 mars, 25 septembre et 5 décembre de manière à entretenir la confusion.Il serait temps qu’une seule date, celle qui correspond aux traditions républicaines soit conservée.
- Le 8 avril 1962, les Français approuvèrent par plus de 90% de suffrages le contenu des accords d’Evian, alors pourquoi remettre en cause cette volonté populaire ?
- Il reconnait que l’Empire Colonial à conduit à "un système injuste" : quel euphémisme !!! Il serait temps, comme cela le fut pour l’esclavage, de reconnaitre le colonialisme, lui aussi, un crime contre l’humanité.
- Il exprima une pensée pour les 60.000 blessés et 30.000 morts des militaires français. Si le chiffre de morts est correct, le chiffre de blessés cités ne prend en compte que les blessures physique, pas les traumatisme psychiques, psychologiques qui ont touché, plus ou moins gravement sensiblement une bonne moitié des appelés (environ 1.500.000).
- Au sujet du 17 octobre 1961 : "je pense aussi aux immigrés qui étaient en France durant la guerre d’Algérie et qui ont vécu à distance une guerre qui les déchirait ; ils ont alors connu la suspicion, parfois la répression la plus brutale comme le 17 octobre 1961." Le terme de crime d’état est encore "oublié" !!!
- La liste des crimes d’état, des crimes contre l’humanité commis pendant cette Guerre de Libération de l’Algérie ne sont évoqués que comme de simples "exactions". Le mot "tortures" est certes évoqué, mais pas comme une institution mise en place par l’Armée avec la caution politique du Gouvernement de l’époque. Les viols, les camps d’internement (pudiquement appelés camps de regroupement), les "crevettes Bigeard", les villages au Napalm (entre 600 et 800 : des dizaines de milliers d’’Algériens -hommes, femmes, enfants- brulés vifs), l’utilisation du Gaz Sarin et Vx, les "corvées de bois", l’irradiation du Sahara avec les essais nucléaires (qui continuent encore aujourd’hui à contaminer la population de la région).... de simples exactions !!!

Et une omission explicite, de taille, dans ce discours : le rôle de l’OAS,. Pourquoi le rapatriement d’autant de "Pieds Noirs" ? si ce n’est la responsabilité de cette organisation terroriste, criminelle, qui a mené une politique de terre brulée pour tenter de remettre en cause le cessez-le-feu pour conserver une Algérie "Française".

Certes, il s’agit d’une question de mémoire, de mémoires, mais aussi et surtout d’un déni politique de ne pas avoir voulu assumer les responsabilités de la France, condamner ces crimes d’état et crimes contre l’humanité commis en son nom.

Une partie de la classe politique, en particulier depuis 2002/2005, tente de réhabiliter le colonialisme. La loi de février 2005, qui devrait être abrogée sans délai, en est le symbole déterminant. Mais tant qu’un ministre en fonction (Thierry Mandon)inaugure dans sa ville, alors qu’il en était le maire, et vice-président du Conseil Général de l’Essonne, une stèle (en 2009) à la gloire de l’Algérie Française, qu’un sénateur socialiste (ex-maire de la ville) Jean-François Picheralparticipe à l’inauguration, en compagnie de la Maire UMP, une stèle à la Gloire des 4 "héros" : ceux condamnés à mort et fusillés pour leurs crimes commis au nom de l’OAS, comment s’étonner ? En effet quand le Gouvernement actuel et le Président de la République (plus prêts à mettre en œuvre des mesures revendiquées par l’extrême droite : déchéance de nationalité, état d’urgence permanent, mise en cause du droit du travail...) que même la droite extrême, décomplexée de Sarkozy n’avait pas osé faire !!!

Ce qui est aussi surprenant, ou plutôt inadmissible, c’est que le pouvoir n’ait pas rappelé à l’ordre les Maires (pour certains mettre le drapeau tricolore en berne), Présidents de Région, refusant d’appliquer la loi : commémoration de ce 19 mars !!!

P.S. : Je suis à 4 ou 5 lettres ouvertes envoyées à François Hollande, Président de la République : aucune n’a eu de réponse (je n’ai reçu que les accusés de réception du service de courrier de l’Elysée selon lequel mon courrier était bien parvenu !!!

Commentaires des visiteurs du site

0 | 5 | 10 | 15

Historique de la Villa Susini
Très difficile de comprendre la chronologie de la presence des differentes personnalites dans ce (...)

Utilisation du Gaz sarin pendant la Guerre d’Algérie
J’ai vu de mes yeux 17 cobattants algeriens gazes par les soldats fra cais alors que j’avais (...)

Algérie, Mémoires meurtries
Bonjour Monsieur Djoudi Attoumi Avec beaucoup de retard , je voudrais vous dire que l’EPCA, (...)

Historique de la Villa Susini
Merci pour toutes ces informations. Et heureuse d’apprendre le témoignage de ma cousine Maya (...)

Rencontre avec Louisette
Je ne suis pas historien, et même si je maîtrise quelque peu l’histoire de la Guerre de Libération (...)



puce

RSS

2002-2016 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26