Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
La macronie : l’envie de vomir
Article mis en ligne le 21 décembre 2019
dernière modification le 9 janvier 2020

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

Record de "démissions" au gouvernement.

Jamais depuis depuis 1958 et cette "nouvelle" constitution, en 2 ans seulement, aucun gouvernement n’avait connu autant (12) de "démissions" de ministres, secrétaires d’état.... presque tous pour des questions d’éthique : conflits d’intérêts privés et leur fonction ministérielle. Plusieurs sont déjà mis en examen pour cela, malgré la lenteur de l’administration judiciare pour examiner ce type de dossiers alors que les procédures peuvent être très rapides pour de simples manifestants.
Le nouveau "Monsieur Retraites" de ce gouvernement semble lui aussi avoir été sélectionné pour son expérience de patron zélé : licenciement d’une caissière pour une erreur de 0,80€ !!!
Nombeux sont les ministres qui viennent d’avoir eu un redressement fiscal !!!
Faut-il en déduire que, sous la macronerie, plus vous êtes doués pour ruser avec la légalité, l’éthique, la morale publique..., plus vous avez de chances de pouvoir obtenir un fauteuil de ministre ?
C’est l’exemplarité même...

Les régimes spéciaux, des privilèges ?

La pseudo uniformité, égalité de droit à la retraite, à la sauce macronienne démontre que ces technocrtaes, ces nantis, ne connaissent pas la pénibilité de certains métiers.
Les cheminots des privilégiers ?
Un exemple : j’habite à Trappes depuis plus de 50 ans, sur le mur de l’Eglise figure cette liste des victimes de la guerre 1939-45

Plus de 100 noms y figurent, alors que cette ville comptait moins de 5.000 habitants, une majorité de cheminots, de familles cheminotes. Trappes était un centre féroviaire très important à l’époque, et un foyer de résistance contre le nazisme dans cette période. Le combat de ces cheminots a aussi participé à la construction du programme du CNR (Conseil National de la Résistance) dont sa mise en application, dans un pays ruiné, a permis la Sécurité Sociale, le système de retraite par répartition, la nationalisation des banques, de l’EDF..., un progès social très important, dont nous pouvons encore partiellement bénéficier, même si depuis quelques gouvernements au service de la finance tentent de les remettre en cause. Ces cheminots qui ont tant donné (dans cette période 1939/45 c’est sans doute l’une des corporations qui a le plus payé un très lourd tribut pour ce combat) dont les conditions de travail sont autrement pénibles, physiquement, que celles des banquiers bénéficient de compensations logiques.
Il n’est pas admissible de considérer que les conditions de départ à la retraite soient uniformes quelque soit le métier, les conditions de vie au quotidien. L’espérance de vie d’un manoeuvre, même actuellement, est bien moins élévée que celle d’un cadre. Ne pas tenir compte de cette évidence est pur cynisme de la part de nantis.
D’ailleurs, déjà le pouvoir accepte un statut spécial pour le policiers, les gendarmes, les militaires... C’est bien la démonstration de la nécessité de tenir compte de spécificités de métiers !!!
Parler de privilèges est ignoble, c’est tenter de vouloir provoquer des divisions au sein du monde du travail pour pouvoir spolier l’ensemble.Ce système proposé revient en effet à permettre à la finance (via des fonds de pensions - modèle anglo-saxon) de spéculer sur les cotisations ainsi prélevées.

Qui porte la responsabilité des difficultés ?

N’est-ce pas la macronerie et son gouvernement qui sont responsables du déclenchement de ce movement de grève ? Tous les sondages, les uns après les autres, indiquent que la majorité des Français refusent ce changement qui va mettre en cause leur future retraite, avec une perte substantielle pour beaucoup.
Travailler plus longtemps est un non-sens. Il vaut mieux payer un retraité qu’un chômeur (un slogan ancien qui méritérait d’être repris). Le progrès technique ne doit-il pas profiter à mieux vivre ? Plus longtemps ? Combien de personnes de plus de 50 ans ont les prires diffucultés à retrouver un emploi s’ils se retrouvent au chômage ? Vouloir allonger l’âge de départ à la retraite, c’est accentuer ce phénomène.
L’expérience du mouvement des gilets jauness montre la concepion du pouvoir macroniste de concevoir son dialogue. C’est : "parle toujours, tu m’intéresses", mais rien ne changera, puisque c’est décidé !!! Et, à ce jour, c’est le même mépris de l’expression de la volonté populaire, le Gouvernement en phase avec l’Elysée ne cesse d’affirmer qu’elle n’a aucune intention d’entendre les grévistes. Son espoir serait que l’opinion publique se divise.

La macronerie, c’est bien un "pognon de dingue" mais toujours plus pour les plus nantis, prélevé sur le dos des plus modestes. C’est aussi un mépris systématique de ceux qui ne sont pas les premiers de cordée.

Pourquoi le Président ne réunirait-il pas les sans-abris pour leur offrir un repas de Noël comme il vient de le faire pour les militaires envoyés en Afrique soutenir les dictateurs mis en place par cette politique de Françafrique ?

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2020 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26