Henri POUILLOT
Guerre d’Algérie, Colonialisme...
Descriptif du site
21 septembre : Journée internationale de la paix - Mais la France est-elle quitte ?
Article mis en ligne le 26 septembre 2017

par Henri POUILLOT
Imprimer logo imprimer

En France de multiples initiatives se sont déroulées dans cette période, pour sensibiliser l’opinion publique, et dans le contexte international actuel c’est une très bonne chose.

Mais la France devrait faire un geste fort pour être crédible. Dans les années 1960, elle a réalisé des essais nucléaires, à ciel ouvert dans le Sahara, puis en Polynésie.

Aujourd’hui, dans cette zone de Réggane, il existe encore des sols contaminés par les radiations d’alors, toujours actives. Des populations, en particulier des Touaregs nomades, comme des militaires du contingent ont été exposées, lors de ces tirs, et ont développé des cancers, en proportion, bien plus importante que la moyenne. Quelques appelés ont obtenu, avec d’énormes difficultés, d’être reconnus victimes de ces essais : l’argument retenu, comme pour le tabac, c’est que l’exposition peut peut-être augmenter les risques, mais rien ne peut prouver que le malade n’aurait pas quand même développé cette pathologie, même sans avoir été exposé.

La France n’a toujours rien fait pour "réparer" les dégâts. Aucune décontamination n’a eu lieu. Ce ne sont pas les barrières ou pancartes qui peuvent être une protection sérieuse, d’autant que le vent se charge de déplacer du sable sans se soucier de ces obstacles dérisoires.

Actuellement de nombreuses personnes vivant dans cette région du Sahara continuent, près de 60 ans plus tard, à être victimes de séquelles graves : cancers, mal formation, handicaps importants d’enfants,… Une situation très proche de celle des zones polluées par "l’agent orange" en Indochine.

Il aurait été logique que la France :
-  Effectue les travaux nécessaires pour décontaminer cette zone
-  Réalise un hôpital, des lieux de soins, détache une équipe de chercheurs pour tenter d’enrayer ces catastrophes sanitaires

Même si cela ne s’est pas fait immédiatement après ces essais, il reste urgent que la France rattrape ce retard et vienne en aide pour atténuer ces souffrances dont elle est responsable. Une aide concrète, une coopération avec les autorités algériennes sont indispensables.

Forum
Répondre à cet article


puce

RSS

2002-2017 © Henri POUILLOT - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.79.26